La filière porcine régionale

Une production locale qui contribue au dynamisme régional

 

Avec plus de 1,24 millions de porcs charcutiers produits par an, la Normandie est, depuis la mise en place des nouvelles régions en 2016, la quatrième région productrice de porcs au niveau national. Elle représente en effet 5,2% de la production nationale, derrière la Bretagne (57,5%), les Pays de la Loire (11%) et la région Aquitaine, Limousin Poitou-Charentes (6,9%).
En 2014, la production de porcs représentait plus de 4% du produit agricole normand et arrivait en 3e position des filières animales, derrière le lait (38%) et les gros bovins (17%).
La viande de porc est la première viande consommée en France : 32 kg de viande par habitant et par an, loin devant la volaille (26 kg par habitant et par an en moyenne) ou la viande bovine (24 kg par an).

 

Des élevages de plus en plus spécialisés, au cœur d'une production
   très organisée

 

La Normandie compte environ 650 sites d'élevages de porcs, dont 80% d'entre eux sont situés sur les départements de l’ex-région Basse-Normandie. Prés de la moitié des éleveurs de porcs normands sont des naisseurs engraisseurs.
Exigeante sur le plan technique et économique, l’essentielle de la production porcine est réalisée par des éleveurs spécialisés. La taille moyenne d'un élevage naisseur engraisseur en Normandie, adhérant à un groupement de producteurs, était en 2014 de environ 185 truies (Source : UNGP, Données 2015).  En 1994, elle était de seulement 101 truies.
95% de la production porcine régionale est commercialisée par les groupements de producteurs. Ces organisations ont été au cœur du développement de la production de porcs, en assurant aux éleveurs deux missions essentielles : la commercialisation des porcs charcutiers et l'appui technique. L'engagement de ces coopératives auprès de leurs adhérents explique ce taux d'organisation très élevé.

 

L'activité d'abattage

 

En Normandie, il existe quatre sites d'abattage, dont 3 situés dans le département de la Manche : les AIM à Ste-Cécile (50), les abattoirs de St Hilaire du Harcouët (50) et de Cherbourg (50). L’abattoir restant est situé dans l’Eure : Bigard-Socopa au Neubourg (27).
Le plus important d'entre eux est situé dans la Manche (A.I.M.). Suite à des difficultés économiques rencontrées au cours de l’année 2014, cet outil d’abattage a fait l’objet d’une restructuration. Ainsi, ce site qui réalisait en 2014 près de 90 % de l’abattage régional, n’en représente plus que 55 % en 2015. En volume, le site est désormais classé au 19e rang de toute la zone Uniporc Ouest (Bretagne, Pays de la Loire, Normandie, Poitou-Charentes, Centre et Nord Picardie). L’abattage régional représente désormais environ 23 % de la production normande. En 2014, il en représentait 38 %.
Les établissements Harang, situés à Houdan, dans les Yvelines, sont également liés à la filière porcine normande : plus de trois quarts des porcs abattus sur ce site proviennent de Haute-Normandie et il abat plus d'un tiers des porcs élevés en Haute-Normandie. En tout, trois abattoirs sont contrôlés par Uniporc pour la pesée classement marquage sur la zone Normandie : AIM, Bigard-Socopa et Harang.

 

Les entreprises de transformation représentent 3 % de la production
   nationale

 

La production industrielle des entreprises de la transformation (charcuteries-salaisons et conserves) en Normandie était de 44 000 tonnes en 2014 et représentait un chiffre d'affaires de 206 millions d'euros (source : FICT), pour 9 établissements. Elle représente seulement 3% de la production nationale. La Bretagne représente 34% des fabrications sur le plan national.
En France, 75% de la consommation de viande  de porc concerne les produits de charcuterie (jambons, saucisses, pâtés, etc.). Le reste, soit 25%, est consommé sous forme de viande fraîche (rôti, côtes de porc, filet mignon, etc.).

 

Une production qui s'inscrit dans une filière

 

Sur le plan régional, comme au niveau national, l'élevage de porcs s'inscrit dans une filière. Une succession de métiers et d'entreprises conjuguent leurs efforts au quotidien pour élaborer, de la fabrication de l'aliment des porcs jusqu'à l'assiette du consommateur, des produits destinés à des besoins variés. La filière porcine procure des emplois dans la région et contribue ainsi à son dynamisme économique mais aussi à l’aménagement du territoire.

Informations légales - © Zorilla prod. 2007